Tu es né. Vous êtes nés. Sœurs et frères d’une même tribu que j’espérais secrètement depuis longtemps nombreuse.
Très vite, nous avons choisi un prénom. Très vite, nous avons choisi qu’il te serait donné au jour de ton baptême. Nous avons choisi un parrain, une marraine. Nous avons choisi ton école. Nous avons choisi la couleur du papier peint de ta chambre, tes premières chaussures, les premiers jouets de ton premier Noël.
Nous avons choisi, du futile à l’essentiel, parce que c’était notre rôle de parents.
Choisir.
Décider.
Ce n’est pas empêcher, restreindre, diminuer, asservir. C’est offrir pour la suite une liberté immense, une confiance sans faille. Dans un respect, un dialogue, une écoute que rien ne saurait remplacer. Précieux.
Tout autant que tu grandissais, nous avons continué de décider à ta place pour une multitude de choses. Parce que l’éducation, les valeurs que nous voulions te transmettre devaient passer par des choix.
Nous avons aussi essayé de t’apprendre à décider par toi-même, parce que l’envol passe aussi par là. Apprendre à choisir, à décider… Pas facile quand on a 8, 10, 15 ou 17 ans. Mais il y a un moment où il faut se lancer et comprendre qu’on a fait le bon choix, lorsque la décision rend heureux et apporte la paix. Apprendre aussi à reconnaitre que le chemin n’était pas le bon, qu’il y a eu faute de parcours, de goût, d’appréciation et grandir alors de ses erreurs.

Et nous avons choisi aussi pour toi cette foi qui est la nôtre depuis toujours. Décider de transmettre ce que nous avions, nous aussi, reçu. Décider pour toi que ce Dieu qui anime nos vies serait le Dieu de ta vie d’enfant. Décider que le dimanche matin, il faudrait sortir de son lit pour aller rejoindre cette communauté vivante, rassemblée en son Nom ; oui, je sais, on aurait pu décider d’aller à la piscine, de ne rien faire, ou de profiter d’une matinée en forêt ! Mais nous avons décidé de te parler du Christ, de cet Homme, mort et ressuscité. Décider de vivre dans cette joie de croire, dans cette espérance offerte au matin de Pâques.
Aujourd’hui, la foi que tu proclames est la tienne, construite au fil des années, des temps forts partagés, des rencontres vécues, vacillante aux jours de doute, lumineuse aux jours de fête. Tu as choisi, en toute liberté.
Aujourd’hui, les choix que nous avons posés pour toi ne t’ont pas asservi, ils ont juste ouvert des portes, semé une Parole au creux de ton existence.
Aujourd’hui, les choix qui sont les tiens laissent deviner les prémices du jeune adulte que tu deviens.

Même si, des choix, nous en poserons encore quelques-uns pour toi, pour vous !